Malédiction sur les contrats signés par Sarko

Tout avait si bien comencé! L’arrivé à Rio sous le soleil, l’êntreinte chaleureuse de son ami Lula, la signature d’un mégacontrat d’armament – 6,7 millards d’euros pour cinq sous-marins, dont un nucléaire – et, pour finir, les fêtes de Noel chez le pater de Carla, à São Paulo… Huit ans et des brouetter plus tard, les couleurs de la carte postale bavent un pen: des juges brésiliens et français enquêntet sur la vente de notre quincaillerie militaire en pleine lune de miel entre Sarko et Lula.